Norwich State Hospital, Bennett School & Cie

Weekend de Pâques avec Serge aux États-Unis pour faire un peu d’exploration urbaine.
Au programme 3 destinations : Norwich State Hospital, Pleasure Beach à Bridge port et la Bennett School for Girls.

Samedi 3 avril 2010.

Voici notre parcours, 1400km du samedi matin 5h au dimanche soir 22h…

_______

Norwich State Hospital
Ouvert en 1904, L’hôpital de Norwich a été construit pour loger les malades mentaux sur la pittoresque rivière Thames. Commençant par un seul bâtiment accueillants quatre-vingt quinze patients, l’hôpital a rapidement augmenté au cours des années à vingt bâtiments supplémentaires en 1930, tenant plus de 2.200 patients. Comme avec la plupart des hôpitaux psychiatriques construit à l’époque, le Norwich State Hospital est une institution autonome, ayant sa propre centrale électrique, boulangerie, une ferme, un laboratoire, un théâtre, un bowling, et le logement pour le personnel et les médecins.

Le bâtiment de l’administration centrale était flanquée de deux bâtiments étroits nommé le Poinçon et le Saumon, ce dernier servant à abriter des patients violents et les personnes reconnues coupables de crimes par la folie jusqu’à dans les années 1970. Des tunnels souterrains reliaient presque toutes les structures. Beaucoup de bâtiments ont été nommés après surintendants des hôpitaux publics ou d’autres pionniers de l’industrie de la santé mentale.

Durant les années 1950, la population de patients a atteint un sommet à plus de 3.180, et le Norwich State Hospital élargi pour inclure un nouveau centre de recherche médicale, département de pathologie, et les bâtiments grande résidence sur le côté sud de la propriété, qui avait passé de 100 à 900 acres. L’ouverture de ces bâtiments signifiait la fermeture des structures sur le campus, qui ont été utilisés pour le stockage ou tout simplement laissés à l’abandon. En début des années 1970, l’ajout de nouvelles structures a pour effet de diminuer la population de patients qui se produit dans tout le pays, à gauche juste sept des bâtiments d’origine restent en cours d’utilisation. Fait intéressant, ces structures 1950-ère ont été transformé en des installations de loisirs, avec un total de deux pistes de bowling et trois théâtres.

Les Norwich State Hospital fut complètement fermée en 1996.

Quelques photos du site vu des fenêtres des bâtiments ou nous sommes rentrés.

Nous pénétrons dans un premier bâtiment ou nous découvrons un terrain de basket.

Pas grand chose à voir d’autre ici…

Après 30min de cache cache avec les gardiens des lieux nous pénétrons dans un nouveau bâtiment…

Salle de douches…

Des fauteuils roulants sont encore sur les lieux…

On commence à découvrir d’anciennes cellules.

Les toilettes…

Grillage aux fenêtres…

La peinture n’est plus très fraiche.

Une autre salle d’eau.

Probablement une salle de réunion/discution.

Une autre cellule.

Le hall qui donne sur les cellules.

Le tableau des patients ou des soignants…

L’espace détente…

Piano Hallet Davis.

Ça pourrait s’apparenter à une salle de torture, ou de dentiste.
Y a-t-il vraiment une différence ?

Le bras sorti d’un film de SF.

Le repose tête…

La commande de réglage d’électricité… pour les électrochocs.

Pour résumer, je n’aimerais pas y être assis.

Toilette portatif.

Dans une autre grande pièce, les lits sont cette fois en plein milieu.

Une ancienne salle de rangement.

Les portes ont des cadenas.

Ancien chariot pour transporter les patients…

Cellule capitonnée.

Changement de bâtiment… Rien de spécial à y voir, nous ressortons aussi sec.

Changement de bâtiment une fois de plus, pour y chercher la fameuse
salle de théâtre qui nous a poussé à faire le voyage. Et ça valait bien
le détour.

Fuck UER (Urban Exploration Ressource), laissé probablement par un admirateur.

Serge derrière la scène.

Nous finissons par quitter les lieux…

Fin de cette journée bien chargée… 6h de voiture + 5h d’exploration.
Direction le motel cheap le plus proche.

Haaa les motels aux US, c’est toujours surprenant de mauvais goût.
La palme pour les rideaux en plastique bordeaux.

Et comme on ne trouve rien à part de la Junk Food, on se fait une maxi-pizza, taille 42 pouces.

Le tout devant un film culte… Les Dix commandements.

Alors je ne sais pas si c’était pour éviter de voir la suite du film,
mais cette télécommande s’est littéralement disloquée lors de sa chute (même pas fait exprès).
Aussitôt explosée, aussitôt réparée, c’est beau quand même.

Bon alors je ne suis absolument pas fautif pour ce message subliminal qu’aura le prochain occupant de la douche. ^^

On se couche avec le ventre ballonné et un mal au cœur qui nous fait dire : Demain, pas de pizza !

______

Dimanche 4 avril 2010.

Lever tôt direction Pleasure Beach…

Pleasure Beach Bridge port
Pleasure Beach est la partie d’une plage de Bridgeport au Connecticut.
L’endroit est une ville fantôme, la plus grande et la plus récente
(comme illustré ici sur un registre national ville fantôme) et
abandonnés récemment dans la fin des années 1990 après avoir incendié le pont qui la connecter à la terre principale. Elle est entouré sur trois côtés par l’eau (Lewis Gut vers le nord, le port de Bridgeport, à l’ouest, et de Long Island Sound, au sud).
De 1892 jusqu’en 1958, elle était la maison d’un parc d’attractions populaires du même nom. De 1904 à 1919, elle a été appelé «steeple île. » Le parc d’attractions est accessible principalement par le service de traversier et un pont tournant en bois construit en 1919 pour transporter des automobiles et des piétons. Les structures restantes du parc d’attraction sont le carrousel, paroi de cabine Dodge-em, et le jardin de la bière (cette dernière a été substantiellement modifié pour utilisation comme un théâtre d’été dans les années 1960).

Après une partie du pont brûlé en 1996, Pleasure Beach a été coupée et est devenu accessible que par un long trek le long du rivage, ou par de petits bateaux privés du continent. Cela limite sévèrement l’accès et a permis à la nature de faire son chemin.

La ville de Stratford détient 45 chalets sur la portion de Long Beach de la péninsule. Depuis une décennie, la ville était considérée comme des logements saisonniers, en partie en raison de difficultés à les protéger. En mai 2007, les occupants restants accepté de renoncer à leurs revendications et leurs biens. Les chalets sont maintenant ouverts aux intempéries et aux vandales, ce qui a conduit à mettre un dispositif de clôture de ville et rendant illégale le tresspass et en arrêtant les contrevenants.

A notre arrivée, le message est clair !


Les autorités encouragent la délation.

Après une marche de 25min du point de parking, nous arrivons sur les lieux.

Bon alors, on peut ou on peut pas…!?

Nous visiterons les 45 chalets sans exception !

Les peluches abandonnées, un classique du genre.

Portrait de Serge…

Tous les chalets sont encore remplis d’affaires.

Beaucoup d’écriture sur les maisons…

…et aussi à l’intérieur.

Numéro 36, devant…

Et derrière…

Vélo de traviole…

Je suis assez fier d’avoir réussi à faire tenir ce vélo debout.

Une voiture laissée là…

Ainsi qu’un scooter.

Cet endroit nous montre un « rêve américain » terminé.

Une vrai petit village laissé à l’abandon, c’est impressionnant à voir…

À sa belle époque, y vivre devait être très agréable.

Je n’avais jamais vu autant de panneau « no trespassing » dans un même endroit.

Il y a aussi des panneaux pour nous prévenir de cameras…

Attention, chien de garde…

Nous nous enfonçons un peu plus sur l’île…

Et nous y découvrons un autre théâtre.

Le brouillard se lève et nous sommes deja là depuis 3h…

Retour à l’entrée du village pour rejoindre le parking.

Le parking est désert et le brouillard s’épaissit.

Nous reprenons la route, direction la ville de Millbrook…
_____

Bennett School for Girls
L’École de Bennett pour les filles a été construit dans le début des
années 1890 comme une station, puis transformée en une école de perfectionnement pour les jeunes femmes, peu après 1900. Dans les années 1950, l’école est passée d’un collège de deux ans pour offrir quatre degrés par an, avec de nombreux ajouts au campus, mais a finalement échoué à maintenir le rythme. Le collège sera fermé en 1977, et le temps n’a pas été tendre envers les porches de bois et les planchers. La ville a exprimé son intérêt pour la réutilisation au moins du bâtiment principal, appelé Halcyon Hall, mais il ya un problème avec qui possède réellement la propriété.

On croirait un bâtiment sorti d’un film d’épouvante.

On en fait le tour, voici la court intérieur.


Au moment de cette photo, instagram n’existait pas !!!

Attention, pas de chasse ni de pêche…
Alors après avoir un peu réfléchi, on s’est dit que les propriétaires
voulaient mettre un panneau et qu’ils n’ont trouvé que celui là, c’est
la seule explication car on a vu, ni gibier, ni poisson dans les
bâtiments…

On finit par rentrer dans cette énorme gruyère.

La partie centrale est la plus impressionnante, il n’y a plus de plancher sur 4 étages.

L’autre coté de la même pièce, effrayant.

Et le résultat 3 étages plus bas.

Le sol s’étant affaissé ici, des explorateurs prévoyants ont mis ce pont de fortune.

Don’t go no where !

Encore un bel exemple de plancher qui a foutu le camp.

Là aussi, le sol est descendu d’un bon metre.

Le rez-de-chaussée ou l’on voyait une voiture de police faire ses rondes par les fenêtres.

On finit notre visite content de sortir de ce bâtiment, qui ne nous semblait vraiment pas sain.

Nous avons quand même eu droit à une petite remontrance par les forces de l’ordre de Millbrook en sortant du bâtiment.
Petit conseil aux explorateurs, toujours garer sa voiture loin de l’endroit à explorer, sinon on se fait repérer, surtout avec une plaque d’immatriculation étrangère.

Retour à Montréal dans la soirée, ce fut un weekend vraiment bien chargé, en espérant que ces trois visites vous aient plu.

Ce contenu a été publié dans Urbex. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>