BackPacking Arizona/Utha/Californie


Ça faisait longtemps que cette idée me trottait dans la tête, partir seul, sac sur le dos, faire la traversée des états les plus chauds des States, marcher, rencontrer les Américains et profiter pleinement et à mon rythme du paysage …

Avant de commencer mon histoire, il faut que je vous dise la façon dont j’avais organisé mon voyage, c’est à dire au strict minimum. Un billet d’avion aller (pas de retour), uniquement ma première nuit d’hôtel à l’arrivée. Mon plan était à la base de marcher en Arizona, commencer à Flagstaff et aller plus au nord vers le Grand Canyon, ensuite partir vers l’est et remonter encore jusqu’à Page pour finir à Powell Lake. Pas de voiture, pas de bus, juste marcher et au besoin faire du stop. Le tout en 3 à 5 semaines maximum. Vous pouvez voir mon itinéraire sur la map ci dessous.

L’élément essentiel à mon voyage, le sac. J’ai mis beaucoup de temps à le faire, a essayer de prendre l’essentiel. On reconnait les voyageurs expérimentés au poids de leur sac parait-il. De toute évidence je suis un novice. Donc sur ma liste: tente, duvet, sous matelas, imperméable type poncho, 2 shorts, 3 t-shirts, une polaire, 3 paires de sous-vêtements, une paire de tong (gougoune au Québec), 3 lampes, une casquette, une paire de lunette, un couteau, une bombe lacrymogène, un réchaud, une mini casserole, une serviette, une trousse de toilette, du PQ, de la bouffe déshydratée, un dico français/anglais, un Ipod, des sacs poubelles, un podomètre (pour mesurer la distance parcourue), un appareil photo avec 2 objectifs, un trépied, 3 litres d’eau. Pour un total de 25kg … Outch !

Trop lourd dites vous ? J’en paierai le prix au fil de mon voyage…

Lundi 24 mai 2010.

Le jour du départ, enfin je devrais plutôt dire le jour qui normalement devait être le jour du départ, car j’ai vite compris que ce ne serait pas si simple …

Lever à 5h du mat, pour mon avion qui était sensé décoller à 8h20.

Arrivé au guichet, on me demande le papier d’acceptation ETSA (Electronic System for Travel Authorization), obligatoire depuis le mois de Mai pour entrer aux États-Unis. What the fuck is that !?

Évidemment je n’ai pas ce papier, mais par « chance » il y a 2 bornes internet Bell dans l’aéroport. Mais encore une fois, le sort en a décidé autrement, la connexion aux bornes ne fonctionne pas. Merci Bell
… On me refuse l’embarquement.

Je suis de retour chez moi à 8h légèrement déprimé.

Le reste de la journée sera utilisé pour décaler la réservation d’hôtel de ma première nuit et rechercher de nouveaux billets d’avion pour le lendemain.

Mardi 25 mai 2010.

Mon deuxième départ mais le bon cette fois !

Lever à 4h, mon avion décollant à 7h20.

J’étais tellement fatigué de me lever 2 jours d’affilée si tôt que je me suis endormi en attendant l’embarquement de mon vol. J’ai été réveillé par l’hôtesse qui appelait mon nom au micro avant le décollage.

J’ai eu un petit moment de panique après mon aventure de la veille.

J’ai un transfert par Denver, et je suis sur liste d’attente. 2h + tard je décolle.

Arrivé à Phœnix, je loue les services d’un bus Shuttle, très sympathique, direction Flagstaff.

Chuck. Le conducteur du bus, explique :

« In Grand Canyon, you see so far, you see the futur »

Mon arrivée à Flagstaff se fera 3h30 plus tard. Direction mon hôtel.

Le Monte Vista.

Et ma chambre … très fuchsia !

Je promène dans Flagstaff toute la fin d’après midi.

Flagstaff se trouve sur la route 66.

Alpine Pizza, c’est là que je mangerai ce soir. (à éviter)

On relaxe …

Le soleil se couche et moi avec, je veux être en forme pour le lendemain.

Mercredi 26 mai 2010.

Lever à 5h15 après une bonne nuit de repos.

Petit déj’ à 6h dans un « dinner » avec une décoration fort sympathique.

7h départ de l’hôtel, je m’arrête à une pompe à essence pour me ravitailler en eau et cette fois c’est la bonne.

Première pause après 1h30 de marche. Pffff mon sac est vraiment lourd …

Je reprends ma marche …


Je m’arrête sous cet arbre vers 11h45 après avoir fait 17km, j’ai les épaules en feu…

Mon sac de 25kg y serait-il pour quelque chose ?


Je reprends ma route à 12h25.

15h … j’ai parcouru 30km et je peux à peine lever les bras … À ce
stade, je suis dans un endroit ou le camping sauvage n’est pas propice.
Je tente de faire de l’autostop.

7 voitures passent indifférentes, la 8em sera la bonne. Je tombe sur un jeune couple vivant au Grand Canyon Village.

Très sympathiques, ils me mènent jusqu’au Grand Canyon, me font entrer gratuitement dans le Parc (car ce sont des locaux), me montrent les bons spots pour voir le coucher de soleil et me déposent devant le camping.

Au camping, je demande 4 nuits, on ne m’en donne que 2, en me disant de repasser dans 2 jours pour voir s’ il y a eu des annulations.

Je monte ma tente, prend ma douche, et je n’ai qu’une envie, c’est de dormir !

Je finis par me faire de la bouffe déshydratée (pour info, c’est juste infect) dans la tente, avant de m’endormir complètement épuisé.

Bleu : à pied / Rouge : en autostop

Kilomètres journalier à pied : 30km

Kilomètres Total à pied : 30km

Jeudi 27 mai 2010.

Happy BirthDay

Et oui, ça faisait parti de mon plan, être seul dans le Grand Canyon le jour de mon anniversaire.

Lever à 5h10 après une première nuit de camping peu reposante.

Après les 25min de marche qui séparent le camping du Grand Canyon, j’arrive à 7h15 pour admirer le paysage.

<

Le parc du Grand Canyon est situé au sud-ouest des
États-Unis, au nord de l’État de l’Arizona. Le Grand Canyon a été creusé par le fleuve Colorado dans le plateau du même nom. Fondé en 1919, le parc couvre un territoire protégé de 4 927 km². Il est fréquenté chaque année par plus de quatre millions de visiteurs. La diversité naturelle et paysagère de la région a été reconnue patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO en 1979.

Les dimensions du grand Canyon sont gigantesques : il s’étend sur environ 450 km de long entre le lac Powell et le lac Mead. Sa profondeur moyenne est de 1 300 mètres avec un maximum de plus de 2 000 mètres. Sa largeur varie de 5,5 km à 30 km.

La journée sera consacrée à la découverte du site …

J’aime vraiment ce lieu, depuis que j’y suis allé 4 ans plus tôt, il me tardait d’y revenir pour en profiter pleinement.

12h20, c’est l’heure de manger mon club sandwich, et je l’apprécie devant ce paysage.

Ça c’est moi cheveux au vent.

Les arbres « morts » sont légion en Arizona, en fait ils ne sont pas morts, mais extrêmement secs. Vu les températures qui règnent ici, je n’ai aucun mal à le croire.

Mon arbre « coup de cœur » du voyage.

Cette arbre est aussi tordu que l’esprit d’un politicien.

Retour au camping vers 14h …

Cette corde trouvée sur la route le jour d’avant va être utile tout le long de mon voyage.

Une nouvelle tente se plante proche de la mienne, une Écossaise d’une soixantaine d’année qui voyage seule avec pour unique bagage, son sac à dos. Elle m’offre du thé pour me remercier de l’avoir aidé à monter sa tente.

17h30 je retourne au Grand Canyon avec mon trépied pour faire quelques photos de nuit…

La nuit tombe mais le ciel est un peu couvert.

Ce soir là je ne fais que quelques Timelaps et peu de photos …

Retour camping vers 22h30. Dodo time…

Bon Anniversaire.

Kilomètres journalier à pied : 25km

Kilomètres Total à pied : 55km

Vendredi 28 mai 2010.

Debout à 4h40 pour aller voir le lever du soleil qui est très matinal (5h15). Les 25min de marche qui me séparent du Grand Canyon ne m’aident pas.

Je loupe les nuages rosés mais pas les premiers rayons de soleil.

Retour camping à 7h…

J’attends 8h, l’ouverture de l’accueil pour demander mes 2 journées supplémentaires.

Je m’endors dans mon bordel et me réveille en panique à 8h20.

Bonne nouvelle, j’ai droit à une nouvelle nuit, mais faudra repasser demain pour savoir si je peux rester une nuit de plus, au jour le jour …

9h, je quitte le camping pour aller me ravitailler en bouffe …

Aujourd’hui je vais me faire une petite randonnée de 17km.

Sur le chemin, je croise un petit serpent d’une trentaine de centimètres, au beau milieu du sentier. Après m’avoir observé et jugé non hostile, il reprend sa route, et c’est tant mieux.

12h45 je m’arrête manger et me cale à l’ombre d’un « gros Bonsaï ». Là j’étais vraiment bien !

Arrivé en fin de randonnée, il est 13h45, je prends le bus pour redescendre (oui certains vont juste à la fin de la randonnée, ils loupent l’essentiel)

Je suis de retour au camping à 15h, je prends mon temps et retourne voir le coucher du soleil vers 18h avec mon matos.

Accoté à un arbre, là aussi j’étais bien.

Les coucher de soleil, c’est une des merveilles de la nature dont je ne me lasse jamais.

Ça c’est Bibi.

Retour camping, j’ai plein de nouveaux voisins, Marius un jeune Allemand de 21 ans et surtout Serge et Kirby, adorable couple Québécois vivant à PalmSpring.

Nous passons la soirée autour du feu tous les 4 avec Chica le chihuahua de Kirby.

Serge nous offre le couvert avec des plats bien spéciaux …

Kilomètres journalier à pied : 25km

Kilomètres Total à pied : 85km

Samedi 29 mai 2010.

Réveillé à 5h mais vraiment levé à 7h.

Serge est déjà debout et a fait un petit festin pour le déjeuner.

8h15 je retourne à l’accueil pour valider ma 4em et dernière nuit au camping.

9h je quitte le camping. Toute la traversé, mes 25min pour rejoindre le Grand Canyon, se fait en compagnie d’un élan qui me suis de très prés, pour une raison inexpliquée. Un joli cadeau de mère nature.
Peut-être a-t-il reconnu en moi son humain totem … Haha

Je passe beaucoup de temps dans la contemplation, cette journée là …

La vue de l’observatoire du Grand Canyon Village.

Quoi ? Il faisait très chaud Ok!?

Je retourne au camping vers 14h et je passe une bonne partie de l’après midi à faire mes lavages et du rangement pour préparer mon départ du lendemain.

Retour pour coucher de soleil quotidien à 18h.

Le ciel était incroyablement découvert.

Retour au camping pour manger avec Serge et Kirby, Marius nous ayant quitté au matin.

Très bon gueuleton préparé une nouvelle fois par Serge.

En fin de repas, nous retournons avec Serge au Grand Canyon pour quelques photos.

La pleine lune aidant, on y voit presque comme en plein jour mais avec les étoiles… Assez incroyable !

Sur celle ci, on peut voir la grande ourse aka « big dipper »

Ce petit personnage est un Lighpainting et il est l’œuvre de Serge.

Retour au camping tard… Je sais même plus quelle heure il etait …

Kilomètres journalier à pied : 20km

Kilomètres Total à pied : 100km

Dimanche 30 mai 2010.

Lever à 7h pour un petit dej’ tranquille avec Serge et Kirby.

Le temps d’empaqueter toutes mes affaires il est 11h30, Serge me propose un lift mais comme je souhaite faire le trajet à pied je lui demande de me déposer à un tiers de ma destination.

Et là, il me propose d’aller chez lui quelques jours. Je décline l’invitation mais lui promet de passer le voir à la fin de mon voyage, avant mon retour à Montréal.

12h30 je me retrouve sur la route avec mes 25kg sur le dos.

Pour ne pas suivre la route, je m’enfonce dans la forêt pour suivre le canyon, direction la ViewWatchTower située à 25km.

La chaleur est vraiment difficile et l’ombre des arbres me fait un bien fou.

C’est dur, je sais pas si ça se voit ?

16h30, j’ai marché 15km comme un forcené et je me suis brulé.

Je plante le camp ici pour la nuit, tranquille …

Hahaha, c’est pas la belle vie ça ?

Je contemple le coucher de soleil sur mon bout de rocher…

…En écoutant « Eddy Vedder – Rise » sur mon Ipod.

Il est temps de préparer la bouffe…

…Avant que la nuit soit trop présente.

Dans le duvet à la belle étoile dans le Grand Canyon, il faisait frais mais c’était magique.

La grosse étoile (qui est en fait une planète) qui brille en bas à gauche, c’est Venus.

4h du mat, les couleurs du ciel changent mais les étoiles sont toujours là.

Bleu : à pied / Rouge : en autostop

Kilomètres journalier à pied : 15km

Kilomètres Total à pied : 115km

Lundi 31 mai 2010.

Réveillé à 4h mais j’attends les premiers rayons du soleil pour sortir de mon duvet (5h20).

A 6h tout est empaqueté et je suis déjà parti, je veux profiter de la fraicheur du matin.

Toujours ces arbres qui semblent se tordre de douleur sous cette aridité climatique.

Arrivée à la ViewWatchTower après 2h30 de marche.

Je trouve rapidement le camping du coin, 2 fois plus cher que le précèdent et SANS DOUCHE !?

Je plante ma tente et cherche le responsable des lieux. Une fois trouvé je lui demande ou je peux trouver une douche, et il me répond gentiment « Au village à 40km ! » et il ajoute « Be natural ! ».

Après deux jours de marche, je dois dire qu’une douche m’aurait fait le plus grand bien, je comptais rester deux nuits ici, je revois vite mon plan car il me reste une à deux journées pour aller au point suivant..
Cela ferait 6 jours sans douche, NO fucking way !

Je vais faire un tour à la WatchTower …

Visite de l’intérieur.

La vue d’en haut.

Trop de monde pour moi sur le site, je promène un peu plus loin pour retrouver un peu de tranquillité.

Petit passage au supermarché du coin pour m’acheter un couvre chef local.

C’est l’heure de la bouffe déshydratée…

Voilà le look avec le chapeau.

Deux jours dans la brousse sans électricité ont mis à mal mes batteries d’appareils photos.

Je squatte une prise de courant pour quelques heures dans une pompe à essence.

J’ai un peu de lecture pour patienter…

Et une cabine à portée pour donner des nouvelles à la famille.

4h30 + tard et mes deux batteries rechargées (merci au petit pompiste), je me fais accoster par 3 mecs immatriculés au Texas pour aller boire une bière à leur emplacement de camping. C’est là que je rencontre Edmundo, Francesco et Danny.

Respectivement Gardien de musée, Steward et Policier.

Nous passons toute l’après midi ensemble.

C’est à partir de ce moment là que mon anglais a été mis à rude épreuve.

Soirée fraiche au coin du feu avec mes 3 nouveaux amis.

C’était une première pour eux le camping, et il est clair qu’ils étaient mal préparés, mais Danny a dit un truc qui m’a fait bien rire.

« The worse camping in America ! » et il n’était pas loin de la vérité, mais c’était vraiment très sympathique…

Le lendemain, ils allaient à Las Vegas pour 2 jours de débauche et m’ont gentiment invité. J’ai décliné l’invitation.

Las Vegas j’ai déjà donné …

Bleu : à pied / Rouge : en autostop

Kilomètres journalier à pied : 18km

Kilomètres Total à pied : 134km

Mardi 1er juin 2010.

Lever à 6h, tente pliée et tout rangé à 7h.

Je passe voir Ed, Francesco et Danny. Les pauvres ont dormi dans la voiture à cause du froid. Sans duvet je veux bien le croire.

Je les salue et leurs dis à un de ces jours.

il est 7h25 et je dois attendre 8h l’ouverture d’un premier magasin pour m’acheter de l’eau, je suis vraiment à sec.

8h30 je suis en route.

Pour éviter de prendre trop de route, je coupe à travers la forêt.

Et je suis tombé sur le reste d’une carcasse de Wapiti.

11h45, je m’arrête, putain de sac trop lourd et putain de chaleur…

A partir de là, je continue ma marche proche de la route le pouce levé.

Le seul truc, c’est que, de ce coté de la route, il passe une voiture toutes les 20min.

Par chance, la deuxième voiture s’arrête.

Manuel, encore un allemand, en road-trip dans l’ouest Américain depuis 3 semaines.

Très sympathique mais la communication était difficile, son accent germanique étant très fort, surement autant que le mien est français, nos discussions en anglais devaient être cocasses pour un anglophone.

Manuel me dépose à la première intersection car nous prenons des directions opposées.

Je reprends ma route seul et bien déterminé à me trouver un hôtel pour la nuit et jouir d’une douche bien chaude.

Non pas par là !

Je trouve un hôtel sur la route, et je mets vite le bordel dans la chambre …

Je me paie le luxe de prendre un bain, que je pense bien mérité.

Ensuite je profite une fois de plus du coucher de soleil…

Dirty à souhait !

Cette journée a été la plus épuisante (en tout cas à ce stade du voyage…)

Bleu : à pied / Rouge : en autostop

Kilomètres journalier à pied : 23km

Kilomètres Total à pied : 157km

Mercredi 2 juin 2010.

Lever doucement à 7h15, préparation sac, douche, je quitte l’hôtel à 8h.
(note: je fais de plus en plus mon sac compact)

8h15 je suis sur la route. J’hésite dés les premières minutes à faire du stop, comme un pressentiment.
9h30 je suis encore en train de marcher le long de la 64.
Une jeep s’arrête sans que je ne demande rien et ici commence une belle aventure !

Je rencontre Aaron.

Ex-Marine, maintenant infirmier dans US Army. Nous sympathisons très vite, il propose de m’emmener jusqu’à Page (qui, dit en passant, était l’arrivée sur mon plan initial)

Petit arrêt à la pompe…

L’autocollant sur la Jeep ne trompe pas.

Pas plus que la plaque à son nom.

Nous nous arrêtons à Horseshoe Bend (« la courbe du fer à cheval »), curiosité de la région, immense et superbe, mais très touristique. Ça m’a fait penser au Peyto Lake dans l’ouest, tout le monde a exactement la même photo, normal, un parking se trouve à une centaine de mètre, il suffit de poser ses fesses ici et de cliquer sur le déclencheur.

Aaron est aussi un amateur de photo.

Aaron n’a pas peur du vide et je comprendrais plus tard pourquoi.

Mauvaise surprise en revenant à la voiture, Aaron avait malheureusement oublié ses clefs dans l’auto.

Sur cette photo, vous pouvez voir une pierre en premier plan. Elle a été utilisée pour « essayer » de casser l’une des vitres de la Jeep, je dis « essayer » car les vitres d’une Jeep sont incassables. Incroyable, trois coups pleine puissance avec cette pierre a la main n’ont réussi qu’a blesser le porteur de la pierre.

Le téléphone étant resté dans la voiture, il a fallu emprunter un téléphone pour appeler un serrurier local, bilan : 45min a attendre dans un parking sans ombre et sans eau.

Passage par le barrage « Glen Canyon »  à Page.

Arrêt au le Powell Lake, sur une de ces plages.

Le lac Powell est un lac artificiel créé sur le fleuve Colorado par le barrage de Glen Canyon achevé en 1963. Long de près de 300 km, le lac se situe en Arizona et Utah.

Les eaux du lac Powell sont très claires et peuvent atteindre 150 mètres de profondeur. Le lac est devenu une zone de loisirs très fréquentée. De nombreuses activités nautiques y sont proposées, principalement au départ de Wawheap, à quelques kilomètres de Page.

Il comporte 3136 km de rivages, soit plus que toute la côte ouest du pays (c’est dire si son rivage est découpé). On y compte pas moins de 96 canyons aux rochers ocres et rouges (les couleurs sont magnifiques au lever et au coucher du soleil), des grottes, des ruines indiennes, des îles et des formations rocheuses, dont le joyau est Rainbow Bridge.

Le lac Powell a commencé à se remplir en mars 1963. Du fait des besoins en eau en amont et en aval, les sceptiques pensaient qu’il ne se remplirait jamais. Pourtant, en 1980, soit 17 ans plus tard, il était plein. Suite à une erreur de construction affectant les déversoirs et à plusieurs années particulièrement humides, il fallut même prendre des mesures nécessaires pour empêcher le lac de déborder du barrage en 1983 et 1984.

Depuis fin 2000, la région souffre d’une grande sécheresse et le lac est actuellement à son niveau le plus bas depuis sa mise en eau en 1980.
Entre fin 2000 et fin 2004, ce niveau a baissé de 32 m. Au printemps 2007 il n’avait toujours pas plu et le lac n’était rempli qu’à 60% de sa capacité.

Aaron m’emmène dans un des coins au bord du lac.

En discutant, Aaron me conseille d’aller au Zion Park (plus à l’ouest), qui pour lui, est le plus beau parc des États-Unis, plutôt que de rester là. Il me propose même de m’y emmener pour y passer quelques jours avec moi.

Après y avoir longuement réfléchi, environ une demi seconde, j’accepte l’offre !

Direction Zion Park dans l’Utha.

Arrivé au Zion Park.

Le parc national de Zion est un parc national situé au sud-ouest de l’Utah aux États-Unis.

Couvrant une superficie de 593 km2, le parc est célèbre pour ses
profonds canyons creusés par la rivière Virgin et ses affluents dans des roches colorées âgées de dizaines de millions d’années. Il est constitué de zones basses désertiques, de zones ripariennes au fond des canyons et de zones boisées au sommet des montagnes. La faune du parc est riche de 78 espèces de mammifères, 291 espèces d’oiseaux, 44 espèces de reptiles et d’amphibiens et de huit espèces de poissons. Plus de 900 espèces de plantes sont présentes dans le parc allant des cactus dans les zones désertiques aux forêts de conifères dans les zones montagneuses.

Il est nommé « Zion », un ancien mot hébreu signifiant « refuge » ou « sanctuaire ».

On se trouve un camping sauvage, l’un des spots préférés d’Aaron.

Évidement je ne loupe pas la possibilité de faire quelques photos de nuit.

Sur celle-ci, l’exposition a durée 45 minutes.

Jeep au feu de bois…

La voie lactée.

Je m’endors avec la vue de ma tente sur notre feu de camp.

Bleu : à pied / Rouge : en autostop

Kilomètres journalier à pied : 15km

Kilomètres Total à pied : 172km

Jeudi 3 juin 2010.

Lever à 7h, nous avons tout rangé à 8h.

1h plus tard nous voilà parti pour 4h de randonnée.

Au sommet, le paysage en met plein la vue !

Après avoir bien profité de la vue, nous redescendons.

La suite de l’après-midi est consacrée à l’entraînement d’escalade d’Aaron.

Dans ce coin, ce n’est pas les Climbers (Grimpeurs) qui manquent. Et Aaron est plutôt doué pour se faire rapidement des amis.

On rencontre Sam sur un spot, qui devient rapidement son compagnon de jeu.

Chacun son tour, on assure son partenaire.

Puis ça finit en gang de Climbers.

Le soleil se couche sur le parc Zion.

Et on retourne à notre camping gratuit pour la nuit.

Je laisse mon appareil faire un long timelaps une partie de la nuit.

Kilomètres journalier à pied : 15km

Kilomètres Total à pied : 187km

Vendredi 4 juin 2010.

Lever à 7h15, je range péniblement ma tente ce matin, je me suis réveillé à 4h15 pour arrêter mon appareil photo…

Direction St George ou Aaron veut me montrer Snow Canyon.

Snow Canyon.

A ce moment du voyage, nos routes avec Aaron doivent se séparer, je souhaite redescendre vers Los Angeles pour y retrouver Serge.

Mais Aaron me propose de continuer l’aventure avec lui et d’aller à Salt Lake City pour 4 jours supplémentaires.

Je ne mets pas longtemps pour me laisser convaincre.

Donc me voilà reparti pour m’enfoncer un peu plus dans le nord de l’Utha.

Dans une station service, on rencontre un vrai Defender de baroudeur.

Mais j’ai quand même un faible pour la Jeep d’Aaron et sa décoration Betty Boop.

Et on reprend la route pour 750km plus au nord.

Arrivée à Salt Lake City, nous avons fait quelques victimes chez les insectes.

La ville  de Salt Lake City est la capitale  de l’Utah. Elle a été ainsi nommée pour sa proximité avec Salt Lake. Son altitude va de 1 284 à 2 870 mètres. L’altitude moyenne est de 1 320 mètres.

La ville a été fondée au XIXe siècle par des pionniers membres de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, couramment appelés mormons, conduits par leur chef, Brigham Young. La ville s’appelle d’abord Great Salt Lake City avant de prendre son nom actuel en 1868.

Bien que la moitié de la population de la ville soit mormone, Salt Lake City est beaucoup plus diverse religieusement que le reste de l’État. De plus, elle est, depuis les années 1970, un bastion libéral du parti
démocrate au sein d’un État conservateur et républicain.

On passe chercher Te Koi (un ami grimpeur) à son job et on se dirige dans un spot d’escalade.

Après leurs ascensions, nous allons manger chez Te Koi. Et je finis par être invité à dormir chez Te Koi, Cheri (sa femme) et leur fille Lulabelle.

Rouge : en autostop

Kilomètres journalier à pied : 4km

Kilomètres Total à pied : 192km

Samedi 5 juin 2010.

Aaron se lève à 5h et part pour la base militaire à 6h. Quant à moi, je me lève à 8h.

Je tiens compagnie à Cheri et Lulabelle jusqu’a 11h.

Je me ballade dans le quartier et je finis par me caler dans un parc pas très loin de leur maison.

L’herbe y était très confortable.

Je suis de retour dans ma chambre vers 16h, heure du rendez-vous avec Te Koi et Jeff, un ami à lui, pour aller grimper !

En deux temps, trois mouvements, nous voilà repartis en montagne.

Salt Lake City est entouré de montagnes, un lieu idéal pour les amoureux de sport plein air…

Jeff grimpe.

Te Koi assure la sécurité.

Nous sommes de retour dans la maison familiale à 19h30.

Ensuite, Te Koi et Cheri m’invitent à manger un vrai hamburger Américain
« pures calories » dans un fastfood apparemment réputé.

En effet ils ne m’avaient pas menti, c’était bon et c’était rempli de PURES calories !

Nous sommes rentré à 22h30.

Pas trop sommeil ce soir là, je fais le con avec ma camera, dont cette affreuse photo !

Je précise que la déformation est due à mon objectif !

Kilomètres journalier à pied : 8km

Kilomètres Total à pied : 200km

Dimanche 6 juin 2010.

Réveil à 5h50, pour accompagner Aaron à 6h jusqu’à sa base.

Aaron dans sa tenue militaire, c’est tout de suite plus intimidant.

Arrivé sur la base, je me serais cru dans un film. Chanceux pensez-vous ?

Aaron me laisse sa voiture pour la journée. J’en profite pour faire un tour sur la base.

Une vingtaine de Hummer sont garés là.

Je ne traine pas trop dans la base, pas envie de me faire jeter dehors ou tomber dessus.

A l’extérieur, je prends des photos de l’hélicoptère de combat posé là pour décorer.

A cause de cette photo, j’ai eu l’aubaine de me faire engueuler et on m’a accusé de prendre des photos des militaires entrant dans la base. On m’a explicitement et sans modération demandé de dégager sur le champs. Merci bonsoir.

Me voici au volant de la Jeep pour une journée RoadTrip en solitaire. Merci Aaron !

Bon alors, ou vais-je aller me balader ?

Direction le Salt Lake par les petites routes.

En cherchant le lac, je m’enfonce dans ces sentiers de graviers…

Histoire de ne pas faire comme tout le monde, voilà la seule photo du lac salé de Salt Lake City que je mettrais sur ce blog.

Le temps passe vite et la route est longue, je suis déjà sur le chemin du retour, il est 13h30.

De retour sur l’autoroute menant à Salt Lake City.

Je suis de retour dans la maison de Te Koi à 16h30, et Aaron est deja là.

J’avais oublié de vous parler de son chien, Titan !

J’en parlerais plus tard…

Finalement, rendez-vous de dernière minute.  Ces fans d’escalades ne laissent jamais passer une occasion d’aller se faire une petite grimpette.

Rendez-vous avec Petey et sa femme sur le spot préféré d’Aaron.

Aaron ouvre la voie.

Petey garde un œil sur lui et sur moi apparemment.

C’est nettement plus impressionnant en vrai qu’en photo.

Et voilà, une fois arrivé au sommet on redescend et c’est au suivant d’y aller.

Aaron pris sur le fait !

Petey passe en second.

Ça gère bien !

L’attirail du parfait grimpeur.

C’est au tour de la femme de Petey de s’y coller.

Aaron tente une autre voie, plus difficile.

La journée s’achève et le ciel est vraiment superbe !

Cette photo est complètement loupée mais je l’ai mise juste pour illustrer une scène qui m’a fait beaucoup rire.

Aaron se sentant coupable d’être allé grimper plutôt que d’aller voir sa copine, il a réussi à conduire en se brossant les dents tout en téléphonant à sa douce. Je dois dire que j’avais jamais vu ce genre d’exploit, tout ça en parlant avec sa copine avec le fou rire ! Bravo !

J’ai malheureusement pris la photo 10sec trop tard…

Aaron me dépose chez Te Koi et rejoint sa copine. S’ensuit une soirée
relaxe avec Te Koi dans son sous-sol à regarder le film Hangover.

Te Koi m’explique que demain, lui et sa femme ne seront pas là. Donc, si je peux m’occuper de la maison et surtout faire attention au chien, qui ne doit sortir sous aucun prétexte.

Kilomètres journalier à pied : 3km

Kilomètres Total à pied : 203km

Kilomètres en Jeep : 400km

Lundi 7 juin 2010.

Lever à 7h15, je passe une bonne partie de la mâtinée a trouver un itinéraire pour aller jusqu’à PalmSpring retrouver Serge.

8h, Titan, le labrador fait des siennes. Il veut aller dans la cours arrière. Innocemment je lui ouvre la porte.

Puis je me mets sur l’ordi et voilà que je vois passer Titan dans la rue !?

Au moment ou je sors à l’extérieur, la voisine me demande l’air affolé si c’est mon chien ?

J’ai pu pister Titan aux aboiements des autres chiens du quartier, car oui, il a ameuté tout le voisinage.

Je finis par l’attraper après 10 minutes de cache-cache.

Salopard ! Tu m’as fait cavaler dans tout le quartier, tu peux avoir la langue qui pend.

Ça va qu’il a une trop bonne bouille.

Lorsque j’ai vu ça j’ai compris pourquoi ce chien s’appelait Titan …

Il a explosé deux planches de palissade avec la tête pour s’échapper.

10h Te Koi s’est fait du soucis car il a été prévenu par la voisine de l’escapade de son chien, il arrive en trombe à la maison pour voir si son chien va bien. Je me suis senti bien con sur ce coup.

11h, Aaron arrive avec sa copine, je commence à sentir qu’il est temps pour moi de partir : Aaron et Te Koi ont été tellement gentils avec moi, que je ne veux pas devenir un fardeau pour eux…

Je décide de louer une voiture et j’appelle Serge pour fixer un rendez-vous pour PalmSpring le lendemain.

Aaron me fait visiter le temple Mormon.

J’ai droit à des explications détaillées par une sœur Mormone. Le temple étant accessible uniquement aux fidèles, des aménagements sont prévus autour du site pour présenter l’édifice.

Je laisse les tourtereaux ensemble et retourne squatter mon brin de gazon au parc proche de la maison de Te Koi.

19h, Te Koi rentre et répare les dégâts occasionnés par son gros toutou dans un style « White Trash ».

J’ai droit à une explication et un joli dessin pour me faire comprendre ce qu’est le « White Trash »

Voici un autre exemple de « White Trash », une fermeture de grillage en collier de chien.

Pour vous prouver que ce chien n’est vraiment pas comme les autres, voici une petite vidéo.

http://www.julien-mercier.net/img/arizona2010/titan.flv

20h, c’est l’heure de préparer le repas. Cheri dans sa cuisine avec Lulabelle.

Espiègle Lulabelle.

Ici prise en flagrant-déli, elle met les croquettes dans la gamelle
d’eau, sous les yeux de Titan impuissant malgré son coup de boule
maintenant légendaire.

21h30, je m’installe avec Te Koi dans son sous-sol, lorsque j’attends un raffut terrible dans la maison, Aaron débarque avec son ami James et tout sa famille, sa femme, sa fille, son fils et même une amie de sa fille. Ils voulaient voir le « Crazy French » qui traverse l’Arizona à pieds avec son gros sac à dos ! Soirée très sympathique, où j’ai eu droit à un drapeau Américain en cadeau et réciter l’hymne national !

Minuit je tombe de fatigue …

Kilomètres journalier à pied : 5m

Kilomètres Total à pied : 208km

Mardi 8 juin 2010.

Lever à 6h45, j’ai droit à un mega hugh de Titan qui est venu sur mon lit pour me dire bonjour, comme s’il savait que je partais ce jour là.

Je déjeune avec Aaron et Te Koi puis c’est l’heure des adieux. Ça me fait bizarre de devoir partir. Je garderais d’eux un sacré bon souvenir, inoubliable, un énorme MERCI.

9h30, ça y est, je suis parti, j’ai quand même beaucoup de route à faire aujourd’hui.

Les routes sont droites et interminables…

Et hors de question de faire un excès de vitesse, la police est là et bien là !

Y a toujours un petit malin pour penser passer entre les mailles du filet …

Hoo lui il a droit à 2 voitures de patrouille !

Je fais un arrêt par le barrage Hoover proche de Las Vegas.

Le barrage Hoover (Hoover Dam) est un barrage sur le
fleuve Colorado aux États-Unis, près de Boulder City, à la frontière entre l’Arizona et le Nevada. La construction commença en 1931 et fut achevée en 1935.

La construction du barrage créa une étendue d’eau artificielle, le lac Mead, qui s’étend sur environ 150 kilomètres.

Alors que le réservoir du barrage Hoover ne suffit plus à l’alimentation en eau des États voisins, le fleuve Colorado est quasiment asséché en aval. La diminution de l’apport en eau douce dans le golfe de Californie provoque une élévation du taux de salinité néfaste à la vie marine.

La hausse de la consommation d’eau, ajoutée au changement climatique, fait craindre l’assèchement du lac vers 2021.

La chaleur est vraiment hallucinante ici !

Je reprends ma route…

Je prends une autre pause proche d’un bâtiment abandonné.

Roulotte à louer.

TV fournie.

Voiture en sus.

L’après midi prend fin doucement …

Le soleil se couche.

Je suis bientôt arrivé et c’est tant mieux.

Après plus de 1300km et 13h45min de voiture, j’arrive à PalmSpring. Je laisse la voiture de location à l’aéroport.

Là, je vais faire un peu de pub à Herz, car j’ai ramené la voiture sans une goutte d’essence. Le tarif normal en pompe est de 3$ le galon mais si on ramene la voiture à vide, on vous facture 9$ le galon.

Après avoir discuté avec le responsable de chez Herz, j’ai droit à un traitement de faveur au prix de 3$, non négligeable. Sympa.

J’appelle Serge et je m’assoupis sur le trottoir brulant, il est 22h15

Il passe me prendre et on est chez lui 25min plus tard…

J’ai droit à un bon repas, je visite ma future chambre et je finis dans le jacuzzi à 1h du mat avec un verre de vin, les étoiles pour toile de fond.

Décidément, c’est très dur !

Je me couche à 2h du mat, brulé.

Rouge : en voiture de location

Kilomètres journalier à pied : 5km

Kilomètres Total à pied : 213km

Kilométrages avec la voiture de location : 1 305km en 13h45min

Mercredi 9 juin 2010.

Lever 8h15 …

Je vois enfin de quoi ça à l’air en plein jour.

Serge suit un traitement médical à base de Marijuana, y a pire comme traitement…

Le cannabis médical (appelé aussi cannabis thérapeutique,
marijuana médicale ou marijuana thérapeutique) désigne le Cannabis sativa (désignation botanique du Chanvre), et, par extension, l’ensemble des dizaines de phyto-cannabinoïdes destinés à un usage purement médical, généralement prescrits pour leurs vertus antiémétiques. À ce jour, compte tenu de l’évolution des connaissances scientifiques dans le domaine des cannabinoïdes, l’usage médical du cannabis devient de plus en plus toléré, voire légal dans un nombre grandissant de pays; le Canada, la Belgique, l’Australie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande, l’Espagne, et 14 États américains (Californie, Arizona, Alaska, Hawaii, Maine, Nevada, Oregon, Washington,Washington D.C., Michigan).

Cet usage nécessite soit une ordonnance, soit une confirmation de diagnostic médical.

De ce côté là Serge a tout ce qu’il faut !

Petite visite de PalmSpring dans l’après midi.

La journée s’achève.

C’est l’heure de goûter aux spécialités de Serge.

Ensuite, je visite l’endroit ou il cultive ses plantes à usage uniquement médical.

J’ai eu droit à un cours. Pour savoir comment obtenir une plante la plus « performante » possible.

Et j’ai même pu préparer la mixture qui aide la plante à un meilleur développement.

Celle-ci c’est la petite salle…

Fin de soirée, je m’accorde un petit jacuzzi, alone.

Jeudi 10 juin 2010.

Levé à 5h45 pour le petit Dej’

Aujourd’hui Serge me mène à Joshua Tree National Park.

Le Parc national de Joshua Tree (Joshua Tree National
Park) est situé dans le sud-est de la Californie. Il a été déclaré parc national en 1994. Il se trouve dans les comtés de Riverside et de San Bernardino. Il abrite deux écosystèmes de désert distincts : le désert du Colorado, aux altitudes basses, et le désert des Mojaves aux élévations plus hautes. Le dernier est l’habitat du Joshua tree (ou l’arbre de Josué), une espèce que l’on rencontre uniquement au sud-ouest des États-Unis. L’arbre a donné son nom à un album du groupe irlandais U2.

Le Parc fut par ailleurs un lieu de retraite privilégié pour le milieu hippie de Los Angeles vers 1970. Le milieu musical californien (The Byrds,le groupe Crosby, Stills & Nash, Tom Waits, Neil Young ou même The Eagles) le consacrèrent comme l’épicentre de la culture californienne entre le milieu des années 1970 et 1975.

Étrange dans ce parc, les roches forment souvent des silhouettes ou l’on peut voir des « choses », pour peu qu’on ait de l’imagination.

Sur celle-ci, une tête à l’envers…

Chica nous accompagne et m’a manifestement adopté.

On peut voir comme une tête sortir au milieu de la roche.

Petite maisonnette avec cactus à louer.

Des grosses fesses ?!

L’homme endormi…

Une tête de coque ?

Une tête de truc machin chose…

Parfois ça passe juste.

Chica tend l’oreille.

Un glouton (comme dans Ghostbuster, non?)

La fameuse pause Joshua Tree.

Retour après plusieurs heures à se promener dans le parc.

Serge me mène où on a une vue imprenable de la vallée. On peut y voir la faille de San Andreas.

Cette fois Chica est retournée à son maitre.

Une fois de retour nous allons manger à PalmSpring puis nous finissons la soirée dans le jacuzzi.

Coucher à 1h30 du mat.

Kilomètres journalier à pied : 11km

Kilomètres Total à pied : 225km

Vendredi  11 juin 2010.

Lever à 8h complètement explosé. Aujourd’hui nous allons à Los Angeles.

Serge propose de m’emmener à L.A. pour une visite express, MERCI Serge !

Le temps est couvert mais il parait qu’une fois arrivé sur place, fait toujours beau…

On passe prendre Terrence et Enriqué, des amis de Kirby, avant de partir.

Comme quoi, faut faire confiance aux locaux, le temps est radieux à l’arrivée.

On commence la visite par Venice Beach Canal.

Puis nous allons à Venice Beach même.

Le Skate Parc.

Beaucoup de monde fait son show.

Muscle Beach ou pourquoi faire de la muscu en salle quand on peut se faire mater par les badauds

Nice Tatoo, si je ne me trompe pas, c’est presque le même que David Beckham.

Serge.

Lorsqu’on en a fini avec Venice, nous allons à Santa Monica pour manger.

Santa Monica Beach

Hey, il me semble que j’ai déjà vu ça quelque part.

Direction Beverly Hills.

Ok, ok, j’arrête de te prendre en photo…

La tombe de Marilyn Monroe, dont Serge est un fervent admirateur.

Alors cette hôtel est celui du grand final du film Pretty Women

L’enseigne Hollywood.

Direction l’observatoire de L.A.

On assiste au coucher de soleil.

Devant l’observatoire, James Dean s’est battu au couteau dans « La fureur de vivre ». On trouve un buste à sa mémoire.

Après le coucher de soleil, nous redescendons sur Hollywood Boulevard.

Amusant, une voiture extrêmement accidentée gît sur le trottoir avec une note : Attention Hulk est en ville.

RIP Michael.

Hollywood Boulevard

La soirée s’achève, on finit par manger un burger dans un In’n’Out

Puis on se ballade en voiture …

Retour à PalmSpring sur le coup des 1h30 du mat.

Kilomètres journalier à pied : 13km

Kilomètres Total à pied : 238km

Samedi 12 juin 2010.

Lever à 8h15, après le petit dej’  on s’occupe du garage, on sort la voiture pour la faire tourner un peu…

… je tonds le gazon devant la maison.

La journée sera donc occupée à l’entretien de la maison.

Dans la soirée on retourne faire des courses à PalmSpring.

Palm Springs est une ville de Californie aux États-Unis.

Elle est située à 170 km à l’est de Los Angeles et est très réputée pour ses parcours de golf.

Son agréable climat doux et sec (354 jours de soleil par an et moins de 150 mm de précipitations annuelles) fait que cette petite ville est très appréciée comme lieu de villégiature pour les stars hollywoodiennes et les riches retraités californiens.

Une fois de plus, je sais qu’il est temps d’y aller pour moi. Je prépare mes affaires et fais mon plan pour le lendemain.

La suite de la soirée se passe tranquillement dans la chaise longue à
contempler les étoiles… sauf qu’il s’est passé deux évènements
exceptionnels.

Le 1er, j’ai eu la chance de voir la plus grosse étoile filante de
toute ma vie, on pouvait voir l’astéroïde entrer dans l’atmosphère,
grosse comme une tête dépingle, et le plus surprenant c’est qu’elle est
restée dans le ciel sans exagérer 5 bonnes secondes, c’était réellement
incroyable à voir !?

Le 2eme, j’ai entendu 7 coups de feu tirés relativement proche de là
ou j’étais allongé, suivi par le bruit des balles qui passent. Un
sifflement à peine perceptible… Mais très réel. J’avais lu quelques
jours plus tôt dans une biographie d’un humanitaire Québécois que l’on
entendait ce bruit uniquement lorsque les balles passaient proches de la
tête. Glup !?  Drôle de sensation…

Petite photo du stock qui sèche tranquillement dans un pot.

Coucher à 3h30 du mat…

Dimanche 13 juin 2010. (la plus longue journée de ma vie sans dormir)

Lever à 8h15 dans un sale état, je prépare mes affaires, on papote, on discute mais le temps passe et une bonne journée de marche m’attend.

Finalement Serge me dépose à l’embranchement de la 177 et la 62. On se quitte en promettant de se revoir.

A ce moment précis, j’ai en tête d’essayer de retourner à Montréal en autostop …

La chaleur se fait très vite sentir et le poids de mon sac n’aide en rien.

Je fais du stop tout en marchant pendant 2 longues heures… Sans succès.

Finalement une voiture s’arrête enfin, « Cil » ce gars là devait être un ancien GoldenBoy, j’en ai su sur sa vie plus que je n’aurais voulu savoir.

Il me déposera à Havasu City, peu confiant sur le fait que je trouve des gens pour me prendre en stop dans cet État. Il me demande même de l’appeler lorsque je serais de retour à Montréal, pour savoir combien de temps j’ai mis pour rentrer.

Je marche encore 1h avec le pouce levé sans que rien ne change.
Finalement j’abandonne le stop et je ne fais plus que marcher. J’ai  malgré tout la chance de voir un gros van avec 5 jeunes à bord qui me proposent une ride.

Ils m’avancent jusqu’au croisement de l’autoroute 40. Exactement là ou je voulais être.

J’arrive à cet endroit à exactement 17h36

Le temps passe …

Le soleil se couche et je n’ai pas bougé d’un centimètre.

21h30, il faut que je me fasse à l’idée. La probabilité qu’une voiture prenne un autostoppeur de nuit est très mince, je vais donc passer là nuit ici, entre la station service et le Wendy’s (un fastfood type McDo).

Il n’y a malheureusement rien d’autre aux environs.

Cette soirée a été très cocasse. Pour la petite histoire, vers 22h je commence a avoir un gros coup de barre, je me trouve un coin d’herbe sur l’un des trottoirs de la pompe, et vue mon état de fatigue, je m’assoupis rapidement. C’était sans compter sur l’arrosage automatique, heureusement je l’ai entendu se déclencher et j’ai pu minimiser les dégâts d’eau. Je me cherche donc un autre endroit. Un autre bout de gazon, celui-ci beaucoup plus jaune, comme si l’arrosage automatique ne marchait pas dans ce coin. Je m’installe, 23h15 je m’endors… Minuit je suis réveillé de nouveau par l’arrosage automatique, mais à la différence cette fois, je n’ai rien entendu venir. Après un rire nerveux, je me cale trempé contre le mur du Wendy’s jusqu’à 1h du mat. Vers 1h15 je rentre dans le Wendy’s et m’assois à une table complètement épuisé… Et j’attends… J’attends que le soleil se lève …

Bleu : à pied / Rouge : en autostop

Kilomètres journalier à pied : 25km

Kilomètres Total à pied : 263km

Lundi 14 juin 2010.

Vers 4h45 le ciel commence à s’éclaircir… Je retourne à mon emplacement de la veille en espérant avoir plus de chance.

Après 30min et beaucoup de voitures, un pickup rouge s’arrête. Je
pousse un gros soupir de soulagement. C’est l’heure de la deuxième
anecdote de cette journée sans fin.

Mon chauffeur me demande ce que je fais là, si j’ai mangé, si j’ai dormi. Et je lui dis la vérité, pas mangé, pas dormi.

Il propose de me déposer à Kingman. Là il y a une station de bus GreyHound.

A coté de la station se trouve un McDo. En arrivant, il me demande de l’attendre, et il ressort avec un menu déjeuner qu’il m’offre. Étonné et ravi, je le remercie. En mangeant mon burger, je vois un couple de personnes âgées dans une voiture qui me regarde avec insistance. Le monsieur finit par me faire signe, me demandant de le rejoindre. Je m’exécute. Il me demande si je vais bien, si j’ai besoin de quelque chose et même si j’ai besoin d’argent. Surpris, je lui explique que tout va bien, je voyage comme cela, avec mon sac. Il finit la conversation par un « God Bless You ». Je me retourne et traverse le stationnement direction un centre d’achat. Et là arrive à ma hauteur une voiture avec au volant un homme me tendent la main avec de l’argent (WTF!?!). Je refuse en le remerciant. A ce moment là, j’ai commencé a avoir des doutes sur mon état physique…

A ce stade, la fatigue, le manque de sommeil, et ce maudit sac qui me sort des yeux à cause de son poids, je me donne une dernière chance de continuer en stop. Il est 6h, la station de bus ouvre à 8h. Si d’ici là personne ne me prend en stop, je prendrais le bus.

Alors j’ai attendu… Et devinez quoi ? Personne ne m’a pris !

Je suis finalement retourné à la station et j’ai pris un bus pour Phœnix…

Départ du bus à 9h30, je suis arrivé à l’aéroport de Phœnix à 16h30. (7h de bus)

Faute d’avoir pu prendre des photos de Cactus sur ma route, devant l’aéroport, y avait tout ce qu’il fallait.

Je suis allé au guichet et j’ai demandé le premier vol en partance pour Montréal.

22h30 le premier vol?? Ok je prends ! S’en suit une »courte » attente. Juste 6h…

Ça me laisse le temps de penser à tout mon voyage et mes belles rencontres.

Rouge : en autostop / Vert : en bus

Je finis par monter dans l’avion…

Mardi 15 juin 2010.

Je n’arrive pas à fermer l’œil durant le vol… Trop fatigué pour dormir, absurde…

De mon hublot j’ai remarqué ce phénomène que j’ai mis longtemps à comprendre, je pensais que c’était la lumière d’une ville mais en fait, l’épaisseur des nuages étant plus fine à cet endroit, le lever de soleil donnait une couleur orange vif aux nuages, semblable à de la lave.

L’atterrissage…

Et voilà, le panneau est parfaitement explicite sur cette photo, je suis à Montréal et je m’arrête ici.

En faisant le calcul, je suis resté éveillé durant plus de 64h… It was a long day !

Arrivé chez moi, je suis épuisé et content de poser enfin mon sac.

Pour finir, voici une vidéo de ma première semaine de voyage, de Flagstaff jusqu’à Cameron. Ça couvre une infime partie de mon voyage mais je n’ai pas été aussi assidu par la suite pour prendre des vidéos.  Au programme: timelaps + video.

Merci à ceux qui ont eu la patience de lire ce très long article.

J’ai voulu le détailler plus qu’à l’accoutumé car pour moi, ce voyage était différent. Il m’a énormément marqué. Court et tellement riche.

Et avant d’en finir, un énorme merci à Aaron, Te Koi, Serge, Kirby, Cheri, Lulabelle, Francesco, Danny, Ed, Chica et Titan !

Merci à toutes et à tous.

Ce contenu a été publié dans USA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>